Aimer Lire N° 8, novembre 2018
Header - saupoudrer nos vies de magie

Saupoudrer nos vie de magie

par Patricia Bernheim

Partager cet article

Il y a longtemps qu’on ne brûle plus les sorcières sur la place publique et qu’on ne bâillonne plus les druides à l’heure du festin. Aujourd’hui, les premières publient des best-sellers et les seconds ont pignon sur rue. Il faut dire qu’ils n’utilisent leurs savoirs ancestraux qu’à des fins bénéfiques pour le corps ou l’esprit.

De nos jours, dans le milieu des sorcières et des druides, on ne rencontre personne qui arbore un nez crochu hérissé de verrues, vit retiré au fond des bois et prépare des concoctions à base de bave de crapauds. Surnommé le druide de Domdidier, Claude Roggen est droguiste et herboriste. Il apprivoise les herbes thérapeutiques depuis plus d’un demi-siècle et organise des promenades botaniques très courues. Il écrit également : le premier tome des Secrets du druide a rencontré un succès phénoménal. Dans ce livre, l’auteur invite le lecteur à une passionnante balade botanique en cinq étapes, du jardin à la prairie en passant par les chemins, la forêt et la montagne ; l’ouvrage est truffé d’anecdotes, de recettes et de conseils pratiques. Sous-titré Sur les pas des maîtres à soigner de Claude Roggen, le second volume recense cinquante végétaux aux vertus thérapeutiques et invite à un voyage, dans le temps cette fois, à travers les portraits de cinq maîtres à soigner qui ont marqué et inspiré l’auteur. On y rencontre l’alchimiste Paracelse, le père de l’homéopathie Samuel Hahnemann, les curés-herboristes Sebastian Kneipp et Johann Künzle ainsi que le mentor de Claude Roggen, Roby Quinche. Tous ces modèles donnent l’occasion de mettre en lumière les bienfaits insoupçonnés de plantes réputées toxiques comme le muguet ou la belladone ; ils permettent également de redécouvrir des plantes tombées dans l’oubli comme la pâquerette, désignée plante médicinale de l’année en 2017 en raison de son efficacité à soigner de multiples petites blessures – mais qui finit le plus souvent sous les lames d’une tondeuse que dans nos tisanes. Savant mélange d’informations techniques et de conseils pratiques, aussi rigoureusement scientifique et délicieusement poétique que le premier tome, cet herbier médicinal se présente comme un voyage fabuleux dans les mystères de la nature, l’histoire des hommes, les légendes, l’étymologie, la sagesse anthroposophique et la biochimie.

• Basilic et scorpions

Présenté comme un grimoire et illustré de gravures anciennes, Le pouvoir secret des plantes et autres secrets de sorcières passe en revue plus de soixante curiosités botaniques liées à des croyances et des superstitions. Michel Viard évoque les époques où l’on utilisait les baies de belladone en vue d’empoisonnement, où l’on plaçait des feuilles de basilic sous une pierre pour faire naître des scorpions, où l’on tressait des brins de chanvre pour s’attirer les faveurs de l’être aimé et où les sorcières fabriquaient leurs balais avec des genêts. Cet ouvrage est aussi l’occasion de dévoiler les vertus véritables et souvent étonnantes des plantes communes, faciles à récolter dans les bois, les champs et les jardins. Anecdotes et récits plongent le lecteur dans la mystérieuse pharmacopée botanique de nos aïeux et expliquent comment ces derniers ont su, souvent avec bon sens et intuition mais parfois aussi aveuglés par la superstition, utiliser les plantes ou s’en protéger. Certaines sont rentrées dans l’histoire comme l’absinthe ou la mandragore ; d’autres sont restées plus discrètes à l’instar de la bourdaine ou de l’osmonde royale.

• Magie blanche et rites païens

Il est aussi question de plantes, mais pas seulement, dans la wicca, un mouvement religieux aussi connu sous le nom de magie blanche – par opposition à la magie noire qui invoque les mauvais esprits et les énergies négatives pour faire du mal à autrui. À mi-chemin entre le chamanisme, le druidisme et les mythologies gréco-romaine, slave, celtique et nordique, cette pratique revêt d’innombrables formes ; elle s’effectue le plus souvent dans la nature – à laquelle les wiccans vouent un culte – et loin des regards. On peut aussi pratiquer la wicca de salon chez soi et en solitaire, avec ou sans accessoires, l’essentiel étant de se sentir le plus à l’aise possible pour être en harmonie avec son environnement et pouvoir correctement canaliser l’énergie lors du rite. La référence en matière de wicca éclectique est Scott Cunningham, auteur entre autres de La wicca. Manuel de magie blanche. Cet ouvrage, considéré comme le meilleur livre sur cette tradition ancestrale, initie aux principes, aux déités, aux rituels et aux outils qui permettent de se relier magiquement et spirituellement aux énergies de la Terre. Recettes, runes, cristaux, herbes et sortilèges : toutes les indications y figurent.

Véritable grimoire des gentilles sorcières, le Petit manuel pour jeter des (gentils) sorts! est issu du Livre des ombres écrit par Gerald Gardner, premier à avoir popularisé la wicca dans les années 1950. Organisé par thèmes, le manuel détaille les sorts les plus célèbres pour remédier aux problèmes d’amour, de famille, de travail, de santé, d’argent ou de justice. Bougies, herbes, épices et autres incantations magiques visent à rencontrer l’âme sœur, à attirer la chance ou à réussir un entretien d’embauche. Le manuel évoque aussi l’origine et l’éthique de la magie et livre avec humour une mine d’astuces et de conseils pratiques pour optimiser son quotidien ; il apprend enfin comment créer ses propres sorts et suggère des méditations et des rituels de visualisation avec le tableau des associations magiques.

• Tarot et magie verte

Sorcière héréditaire par sa mère et sa grand-mère, toutes deux brésiliennes d’origine espagnole, Ann Moura pratique depuis plus de 45 ans en solitaire une tradition de sorcellerie qu’elle appelle Green Witchcraft (magie verte). Ce courant travaille avec les énergies et les esprits naturels (« les Élémentaires ») ; il se dédie à la déesse et au dieu de la nature. Auteure de nombreux ouvrages sur la magie, la religion et le néo-paganisme, Ann Moura a cette fois-ci créé un oracle illustré par l’artiste Kiri Østergaard Leonard qui puise son inspiration dans la nature, l’enfance, les contes de fées, le mythe et le folklore nordiques. Leur Tarot de la magie verte permet de découvrir un monde merveilleux où esprits de la Terre, fées et éléments vous connectent aux énergies naturelles et aux pratiques des anciennes religions. L’oracle dévoile une sagesse énergétique et de précieux conseils qui aident à trouver les réponses à vos questions. Le livre d’accompagnement donne la signification et la symbolique de chacun des arcanes majeurs et mineurs, permettant ainsi de réaliser des tirages inspirants et éclairants en connexion avec les énergies magiques de la nature.

Un moment de calme, une ambiance tamisée, quelques bougies et des vieux grimoires : il n’en faut pas plus pour saupoudrer nos vies d’un peu de magie!


Articles

Geluck pète les plombs

Lire l'article

La BD entre en cuisine

Lire l'article

Au commencement était la mythologie gre...

Lire l'article

L’art urbain reprend du pinceau

Lire l'article

À la table des Toquées étoilées

Lire l'article

Qui suis - je ?

Lire l'article

Histoires infinies

Lire l'article

Conquête spatiale : l’histoire d’...

Lire l'article

Dans la bibliothèque de… Alexandr...

Lire l'article

Publicité