Aimer Lire N° 7, août 2018
que vive la mémoire - Aimer Lire

Que vive la mémoire!

par Muriel Thalmann

Partager cet article

Pratiquer au quotidien l’art de la mémoire nous permet de garder l’esprit jeune tout en développant acuité et concentration.
À votre cerveau, prêt, partez!

Vous cherchez à améliorer votre QI par des techniques de mémorisation? Vous rêvez de briller en société? Vous voulez participer à un quiz télévisé ou à un championnat de mémoire? Trouvez donc votre bonheur en lisant des ouvrages aux titres évocateurs : Une mémoire extraordinaire, Une mémoire infaillible, La mémoire est un jeu, Entraîner sa mémoire, c’est malin ou Stimulez les fabuleux pouvoirs de votre mémoire. Les auteurs de ces livres ont tous pour mérite de nous amener à nous intéresser plus sérieusement à notre matière grise et de nous inciter à la travailler pour la maintenir au maximum de ses capacités.

L’art de la mémoire est un art ancien : si les découvertes scientifiques les plus récentes nous amènent à mieux connaître le fonctionnement de notre cerveau et des processus d’apprentissage, elles ont aussi permis de confirmer que les techniques conçues et développées par les Grecs et les Romains étaient «parfaitement adaptées au fonctionnement du cerveau » comme le souligne Dominic O’Brien dans Stimulez les fabuleux pouvoirs de votre mémoire.

Entraîner sa mémoire présente de nombreux avantages. Cela favorise tout d’abord l’acquisition de diverses techniques bien utiles au quotidien pour retrouver les clés perdues, localiser la voiture garée dans un parking ou se souvenir du prénom de la nouvelle copine de son meilleur ami. Cela nous permet aussi d’impressionner notre entourage, en participant par exemple à un championnat de mémoire local ou national. Enfin, et c’est le plus important, cela sert à aiguiser des facultés essentielles, ce qui améliore notre bien-être en cultivant un esprit altruiste, en débridant notre imagination, en décuplant nos sens et en boostant notre curiosité. Avoir une plus grande plasticité neuronale, c’est développer «une meilleure adaptation aux situations nouvelles, et donc une plus grande sérénité, un mieux-être évident » pour citer de nouveau Dominic O’Brien – et tout cela sans l’aide d’ordinateur ou de smartphone.

Hygiène du corps et de l’esprit

La mémoire est indestructible : en effet, selon Sébastien Martinez dans Une mémoire infaillible, il est prouvé que «notre capacité à évoquer des souvenirs à long terme ne change pas au cours de notre vie ». Il n’y a donc pas d’âge limite : celui qui applique correctement les méthodes avérées sera capable de mémoriser et de restituer les informations au bon moment. Cependant, nous avons tout de même l’impression d’avoir une moins bonne mémoire avec le temps. Ce phénomène s’explique par le fait que la circulation sanguine commence à peiner, ce qui ralentit le fonctionnement du cerveau.

C’est là que le fameux adage «un esprit sain dans un corps sain » prend tout son sens.

Pour améliorer ses facultés cognitives, il faut tout d’abord prendre soin de son corps. Cela passe par la pratique d’une activité physique régulière, ce qui permet notamment de bien irriguer le cerveau, mais également par le fait de manger sainement – et dormir suffisamment. Mémoriser efficacement, c’est aussi aiguiser ses sens, stimuler l’intérêt et la concentration ; cela signifie s’impliquer, socialiser, s’enthousiasmer et savoir embellir les informations les plus banales. «La mémoire s’entretient grâce à une bonne hygiène de vie et à une stimulation via un ensemble de loisirs variés et riches de façon à maintenir le cerveau en bonne santé » dixit Sébastien Martinez. La stimulation constante du cerveau permet d’améliorer toutes nos facultés mentales. Dans le cas contraire, notre capacité mentale s’affaiblira, tel un muscle qui n’est plus sollicité, et les tâches mentales qui nous paraissaient autrefois faciles pourront devenir pénibles, voire impossibles.

Comment améliorer sa mémoire ? Les conseils du champion de France de mémorisation

Muscler sa mémoire

Il n’existe pas de recette miracle pour stimuler sa mémoire. Tous les auteurs des livres cités ci-dessus reprennent les techniques éprouvées depuis l’Antiquité. Il convient de s’exercer régulièrement, si possible tous les jours, pendant une vingtaine de minutes et dans de bonnes conditions (calme, sérénité, concentration, etc.) tout en sachant lâcher prise pour libérer sa créativité. Travailler sa mémoire exige de la discipline ; c’est un sport qui requiert un exercice régulier et l’acquisition d’automatismes. Le découragement est possible, car l’investissement initial est réel ; ce dernier sera cependant rapidement rentabilisé.Pour muscler sa mémoire, il faut varier les exercices et ne pas avoir peur de passer au niveau supérieur. La meilleure façon de progresser, de stimuler sa mémoire, c’est de rater : on doit alors en déduire pourquoi et comment on doit réussir la prochaine fois. Chaque auteur présente donc différentes techniques et propose des exercices qui permettent de progresser.

C’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleures soupes

Il n’y a pas de méthode universelle ni de recettes miracles pour mémoriser : il nous faut donc piocher dans les techniques éprouvées, reprises par nos différents auteurs, et personnaliser ce que l’on apprend.

Qu’en est-il de ces nouvelles méthodes dites révolutionnaires comme le mind mapping ou le sketchnoting? Ces techniques très attractives et esthétiques conviennent à la prise de notes ; le travail de tri des informations avec une présentation novatrice facilite la mémorisation chez certaines personnes. « Sketchnoter, c’est disposer d’une cartographie de vos idées qui vous aide à mieux vous souvenir de tout ce que vous devez assimiler chaque jour ». Le carnet de Béatrice Lhuillier permet de découvrir à travers des explications simples et pratiques ainsi que des exercices cette nouvelle pratique ludique et visuelle qui demande cependant un grand travail d’appropriation.

Êtes-vous convaincus? Il serait dommage de vous priver de sport cérébral dans la mesure où cela permet de s’amuser tout en faisant du bien à son corps et à son esprit. «Avoir une bonne mémoire n’est pas une finalité en soi. Il ne s’agit que d’un moyen vers une existence plus sereine » confirme Béatrice Lhuillier. Nous revenons ainsi aux fondamentaux du bonheur : c’est prouvé, les personnes qui s’estiment les plus heureuses ont en commun la pratique régulière du sport, une bonne intégration sociale et la pratique de la méditation… Cela réunit tous les préalables à l’art de la mémoire.

2Sketchnote time

Articles

Maylis de Kerangal. À l’origine d...

Lire l'article

Quand l’écrivain devient un héro...

Lire l'article

L’histoire vue d’ailleurs

Lire l'article

La cybercriminalité se connecte aux pol...

Lire l'article

Les BD feel good se portent bien

Lire l'article

Les filles sauvent la planète

Lire l'article

Home Green Home

Lire l'article

Au fil de la broderie

Lire l'article

Dans la bibliothèque de… Mehdi Be...

Lire l'article

Publicité