Aimer Lire N° 8, novembre 2018
Header - la BD entre en cuisine

La BD entre en cuisine

par Muriel Thalman

Partager cet article

Plébiscitée sous forme de livres ou d’émissions de télévision, la cuisine tient aussi la vedette dans les bandes dessinées, les mangas ou les romans graphiques.

Retrouver les vraies valeurs, manger mieux, découvrir les produits du terroir, renoncer totalement à la viande ou suivre un cours de cuisine durant ses vacances en Thaïlande sont des activités qui deviennent à la mode.

Pourtant, le monde culinaire a rarement servi de pièce de résistance à nos classiques de la BD : Tintin, Lucky Luke, Rahan, Bob Morane ou les Chevaliers du ciel par exemple semblent vivre d’eau fraîche et d’air pur. Certes, Petzi a la chance d’avoir une maman qui le goinfre accessoirement de crêpes et les fameux Gaulois adeptes de potion magique engloutissent un nombre incalculable de sangliers avant de clore leurs péripéties par le fameux banquet au cœur de leur village. Toutefois, tout cela n’est que de la garniture : l’aventure est ailleurs, dans le vaste monde, où il faut traquer les méchants, sauver les plus faibles, chercher le soleil ou partir pour une nouvelle mission.

Or, voilà que depuis quelques années, la cuisine devient le plat de résistance du 9e art, offrant un lieu propice aux intrigues, aux coups de feu, aux énigmes et aux biopics. On y trouve donc maintenant des héros toqués, des critiques gastronomiques ou de fins gastronomes.

Des prémices de la bonne cuisine aux arts de la table

Les arts de la table n’ont émergé qu’au xxe siècle et sont la résultante d’une multitude d’initiatives individuelles lancées par des passionnés à travers les âges : un vrai pot-pourri! Ainsi, le poète grec Archestrate est à l’origine du mot « gastronomie », tandis que le médecin chinois Sūn Sīmiǎo a imposé l’idée d’une alimentation équilibrée. En revanche, c’est l’humaniste Érasme de Rotterdam qui a codifié les bonnes manières à table à l’époque où l’on se soulageait encore devant tout le monde avant de passer à table et où l’on recrachait les aliments prémâchés. Le gentilhomme Beauvilliers quant à lui, pétri d’éducation, a ouvert le premier grand restaurant en combinant les ingrédients du luxe : un personnel soigné et attentif, un service discret, des mets raffinés, un menu à prix fixe, une bonne cave et une note bien salée. C’est encore le roi des cuisiniers, Auguste Escoffier, inventeur de nombreux classiques (la poire Belle-Hélène, la crêpe Suzette ou la pêche Melba), qui a révolutionné l’organisation des grandes cuisines en instaurant les brigades ou en fixant des protocoles gastronomiques.

Si l’art de la table n’a pas toujours été au service de la BD, il a offert inspiration et réconfort à nombre de musiciens et artistes : Bach a inventé la première forme de la musique publicitaire en racontant dans une cantate les démêlés d’une jeune fille tombée amoureuse du café alors que Bizet a composé le quatuor de l’omelette. Rossini a fréquenté assidûment les grandes tables : grand gourmand, il a laissé en héritage de nombreux mets accommodés à sa sauce comme le tournedos, les œufs pochés, le poulet, le filet de sole ou les cannellonis. Quant à Alexandre Dumas, qui était un fin gourmet et un grand voyageur, il a été le premier à promouvoir la cuisine exotique.

L’album Les illustres de la table rend hommage aux chroniqueurs, musiciens, philosophes, médecins, rois ou grands amateurs de bonne chère qui ont participé à l’édification du temple de la gastronomie. Un texte d’une page, accompagné d’une à trois planches au style rétro, fait revivre les hommes et les femmes – l’histoire n’en a malheureusement retenu que quelques-unes – qui ont contribué à l’émergence du goût et à l’éclosion du débat alimentaire.

Les coulisses de la gastronomie

Le monde des critiques gastronomiques et des grands chefs soumis à la tyrannie de la course aux étoiles se prête aux polars, aux complots, à la traîtrise et aux romances. Cette invention du xxe siècle, qui a conduit à bien des mélodrames, a été jouée maintes fois au cinéma – qui ne se souvient pas de L’aile ou la cuisse – et sert désormais aussi de toile de fond à la bande dessinée.

La série Étoilé (en deux tomes) confronte le monde des lauréats de concours de cuisine télévisés à celui des chefs couronnés par les guides gastronomiques. Un jeune cuisinier sanguin, malheureux finaliste, est ainsi engagé par la fille d’un chef étoilé pour sauver son restaurant au bord de la faillite. Les deux albums relatent la rencontre puis la dilution du couple obnubilé par la réussite. Ce monde de stress et de désenchantements est servi par un scénario entrecoupé de flash-back qui peuvent dérouter le lecteur.

Le goût d’Emma retrace les premiers pas d’une jeune femme engagée comme inspectrice par le guide Michelin. Déterminée, passionnée depuis toute petite par le goût et collectionneuse de vinaigres, elle apprend le métier à la dure avant d’être finalement reconnue par ses collègues masculins. Réalisé par une brigade féminine, cet album, paru au Japon sous forme de manga, a pour cadre les routes et les plus grands restaurants de France – et bien sûr les bureaux du guide Michelin. On y trouve un zeste de féminisme, avec une héroïne qui revendique le droit de ne pas souhaiter avoir une activité professionnelle tranquille et qui est prête à faire plus de 30’000 kilomètres par an pour assouvir sa passion et exercer un métier exigeant.

La remise en question de la cuisine industrielle, les scandales alimentaires ainsi que la vigueur de la mobilisation des activistes autour de la production et de la distribution des produits alimentaires créent un terreau propice à de nouvelles tendances passionnantes : les apiculteurs urbains, les permaculteurs, les Disco Soupes (la cuisine des invendus en plein air et la distribution gratuite de soupes), les locavores, les flexitariens, les paniers de fruits et légumes, les potagers scolaires, la réouverture des fours banals, l’éclosion des microbrasseries, etc. Tout cela nous promet des BD bien pétillantes!


Articles

Geluck pète les plombs

Lire l'article

Au commencement était la mythologie gre...

Lire l'article

L’art urbain reprend du pinceau

Lire l'article

À la table des Toquées étoilées

Lire l'article

Qui suis - je ?

Lire l'article

Saupoudrer nos vies de magie

Lire l'article

Histoires infinies

Lire l'article

Conquête spatiale : l’histoire d’...

Lire l'article

Dans la bibliothèque de… Alexandr...

Lire l'article

Publicité