Aimer Lire N° 8, mai 2018
Bulles Enneigees

Bulles enneigées

par Cornélia Mühlberger de Preux

Partager cet article

La montagne, théâtre d’aventures passionnantes, offre de plus en plus fréquemment ses paysages aux crayons d’auteurs de BD et de mangas. Ascension aux sommets des cases.

La bande dessinée est née à la montagne en 1827 sous la plume du Suisse Rodolphe Töpffer, politicien, enseignant et écrivain. Né en 1799, ce Genevois s’est servi des préceptes de son père artiste peintre pour créer des planches dans lesquelles dessins et textes se côtoient. S’ensuivent des planches de Töpffer sur ses voyages, notamment à la montagne. Depuis, la BD et les cimes ne cessent de se côtoyer avec prospérité. Le grand classique en la matière est le fameux Tintin au Tibet sorti en 1960. Cependant, celle qui fut la première à crapahuter sur les pentes enneigées des cases de bandes dessinées, c’est la fameuse Bécassine. En 1923, sous la houlette du dessinateur Joseph Porphyre Pinchon et du scénariste Caumery, la Bretonne godiche s’est mise à l’ascension des monts. Les exemplaires de l’édition originale de Bécassine alpiniste valent aujourd’hui une petite fortune, mais l’album a été réédité en 1991 chez Gautier-Languereau, donc avis aux amateurs. Beaucoup plus récemment, des escalades légendaires ont aussi inspiré les bédéistes.

Voyage autour du Mont Blanc: dans les vallées d’Hérens, de Zermatt et au Grimsel par Rodolphe Töpffer, en 1843.

voyage autour du mont blanc

Du côté des Alpes

Il en a fallu des fortes têtes et des sportifs hors pair pour déflorer certaines montagnes, comme par exemple les aiguilles de Chamonix! Dans L’invention du vide, Nicolas Debon sublime ainsi le formidable engouement qu’a généré le Grépon, le pic de la fameuse crête réputée « infranchissable ». Les tentatives d’approche de cette partie du massif du Mont-Blanc se sont déroulées dans les années 1880 et l’auteur s’inspire librement des écrits d’Albert Frederick Mummery (1855-1895) pour raconter l’exploit de ce dernier, d’ailleurs considéré comme le fondateur de l’alpinisme sportif, et de ses compagnons de cordée Alexander Burgener et Benedikt Venetz.

C’est autour de Chamonix aussi, mais quelques décennies plus tard, que prend place la BD Premier de cordée inspirée du roman phare éponyme de Roger Frison-Roche. Le scénario est de Jean-François Vivier, la mise en images de Pierre-Emmanuel Dequest. Quel en est le sujet ? L’éternelle lutte entre l’homme et la nature, mais aussi le dépassement de soi, l’obstination, le courage et la solidarité régnant au sein d’une équipe de guides de montagne suite au décès d’un des leurs, foudroyé en pleine ascension. On ressort de l’album convaincu que l’alpinisme n’est pas un sport individuel mais l’expression la plus grandiose et aboutie d’un défi collectif.

Dans Le sentier des reines, signé Anthony Pastor, les neiges savoyardes servent de décor à un voyage périlleux qui se déroule juste après la Première Guerre mondiale. Les veuves Blanca et Pauline ont attendu pendant des années le retour du fils pour l’une et du mari pour l’autre. Les deux hommes finissent par revenir sains et saufs, mais meurent peu après ensevelis sous une avalanche. Les héroïnes décident alors de quitter la montagne, emmenant avec elles un orphelin. Le périple qui les conduira jusqu’en Nouvelle-Zélande les rendra plus fortes et plus déterminées que jamais à prendre en main leurs vies de femmes.

Avec À la recherche de Peter Pan de Cosey, nous voici au fin fond d’une vallée valaisanne en 1930. Cette BD, moult fois récompensée, est devenue un classique du genre ; il est donc à saluer que les Éditions du Lombard rééditent aujourd’hui en un seul volume de très belle facture les tomes 1 et 2 de cette saga. Dans cette histoire, un écrivain anglais en mal d’inspiration se rend dans un hameau valaisan appelé Ardolaz. Là, il se replonge dans le roman Peter Pan de James M. Barrie tout en partant sur les traces de son frère Dragan. Ce dernier jouait du piano dans le Grand Hôtel du lieu avant de subitement disparaître. Le héros découvrira que, pour être à même d’écrire l’avenir, il est parfois nécessaire de revisiter le passé.

Un peu plus loin dans la vallée se déroule tous les deux ans depuis 1943 cet incroyable rendez-vous du ski-alpinisme qu’est la Patrouille des Glaciers. D’ailleurs, celle de 2018, qui a une nouvelle fois relié Zermatt à Verbier en passant par Arolla, s’est achevée le 21 avril dernier. Toutefois, Derib n’a pas attendu qu’elle se termine pour dessiner La Patrouille qui est la suite de Tu seras reine paru en 2012. On y accompagne une équipe de jeunes femmes fermement résolues à tenter la folle aventure. Les protagonistes existent d’ailleurs réellement et participent dans la BD comme dans la vraie vie à cette course mythique.

Montagnes d’Asie

Qui pense manga pense Japon mais pas forcément pics enneigés. C’est pourtant le cas avec Le sommet des Dieux de Jirô Taniguchi qui retrace les souvenirs du photographe Fukamachi Makoto. Le lecteur est entrainé dans un univers minéral d’une beauté à couper le souffle et d’une rudesse à toute épreuve. Inspiré du roman-fleuve éponyme publié en 1997 et écrit par le célèbre romancier japonais Baku Yumemakura, le manga nous fait pénétrer au cœur de l’Himalaya, avec des incursions au Japon et en Europe. L’épopée se décline en cinq tomes, tous haletants, minutieusement dessinés et fouillés autant d’un point de vue pictural que psychologique. Une belle occasion de découvrir les planches du maître japonais décédé l’an dernier et auteur notamment du Journal de mon père et de Quartier lointain.

Autre manga se déroulant dans les Alpes japonaises, Vertical de Shinichi Ishizuka a connu un immense succès au pays du Soleil-Levant où il a même été adapté au cinéma. La force de cet ouvrage est de se pencher sur la question de la sécurité en montagne. On y suit un as de l’alpinisme, Sanpo Shimazaki, qui, après avoir vaincu une série de sommets mythiques, revient dans son pays natal pour s’engager comme secouriste volontaire. Dès lors, il n’a de cesse de venir en aide aux grimpeurs en détresse, qu’ils soient mal équipés, désorientés, exténués, blessés ou encore tombés dans une crevasse.

Enfin pour conclure avec cette sélection, voici un troisième opus qui lui aussi a pour cadre l’Asie, et plus exactement les confins du Népal et du Tibet. Cependant, il s’éloigne de l’alpinisme à l’état pur pour mettre en scène une femme en quête de spiritualité au tout début du XXe siècle. Il s’agit d’Alexandra David-Néel, les chemins de Lhassa de Christian Perrissin et Boro Pavlovic qui retrace le parcours d’une des exploratrices les plus célèbres de l’histoire. Rencontre avec le treizième dalaï-lama en exil à Kalimpong, interminable et éprouvante marche vers Lhassa en compagnie du fidèle jeune moine Aphur, séjour incognito dans la ville interdite aux visiteurs étrangers : Alexandra David-Néel se frotte corps et âme au Tibet sauvage et à son rigoureux climat tout comme aux doctrines et pratiques bouddhiques. Et nous aussi par la même occasion, grâce à Christian Perrissin et Boro Pavlovic.


Articles

Geluck pète les plombs

Lire l'article

La BD entre en cuisine

Lire l'article

Au commencement était la mythologie gre...

Lire l'article

L’art urbain reprend du pinceau

Lire l'article

À la table des Toquées étoilées

Lire l'article

Qui suis - je ?

Lire l'article

Saupoudrer nos vies de magie

Lire l'article

Histoires infinies

Lire l'article

Conquête spatiale : l’histoire d’...

Lire l'article

Dans la bibliothèque de… Alexandr...

Lire l'article

Publicité