Aimer Lire N° 8, août 2018
Au fil de broderie - Aimer Lire

Au fil de la broderie

par Dominique Droz

Partager cet article

Depuis quelques mois, les livres traitant de points de croix, de toile de jute, de smocks et de sequins ne cessent de se multiplier. En effet, la broderie reprend du galon et s’affirme comme le passe-temps le plus fashion du moment. Pénélope confirmée ou en herbe, à vos ouvrages!

La passion de l’humain pour le bel ouvrage remonte la nuit des temps puisque les premiers fils et aiguilles retrouvés datent de la préhistoire. Toutefois, ces outils d’origine animale avaient uniquement un but utilitaire : assembler deux pans de peau. Nous étions encore bien loin de la broderie considérée comme une pratique ornementale, et ce même si les premiers travaux de broderie référencés remontent à l’Égypte ancienne.

Le véritable début de ce qui fut très vite considéré comme un art est daté du vie siècle. On constate un essor fulgurant de cette pratique en Occident au Moyen Âge, lorsque les épouses de chevaliers partis en croisade copiaient au point de croix, pour faire passer le temps, les motifs des tapisseries que leurs maris ramenaient d’Orient. La broderie la plus connue et la plus grande de l’époque médiévale est la tapisserie de Bayeux, qui narre la bataille d’Hastings de 1066.

Une histoire de femme

À la Renaissance, la broderie devient l’un des piliers de l’éducation féminine. À l’époque, ces gentes dames doivent orner les robes des ecclésiastiques mais aussi le linge de messe, etc. Ces travaux d’aiguille sont généralement réalisés sur des étoffes de lin. L’église en est friande, mais les amateurs du genre ne dépassent pas la porte des églises. Ce n’est qu’à partir du xviie siècle, lorsqu’un nouveau colorant naturel permettant d’obtenir un fil rouge arrive des Amériques, que des étoles, des robes et des corsages s’ornent de points de croix écarlates. Puis, venant de Chine, la broderie au crochet fait des ravages à la cour du roi Louis xiv et séduit la marquise de Pompadour à un tel point qu’on donnera son nom à ce nouveau point : le point de Pompadour qui deviendra par la suite le point de Beauvais. Le xixe siècle arrive avec son stock de nouvelles teintes et de nouveaux tissus tels que l’étamine et le coton. La broderie est alors à son apogée pour mieux décliner au xxe siècle et se retrouver dégradée au rang d’enseignement facultatif en travaux manuels. La femme a d’autres combats à mener que ceux avec une aiguille.

Un renouveau artistique

Cependant, les créateurs de la fin du xxe et début du xxie siècle remettent à la page crochet, point de croix, filage, point plat, point de tige, point d’araignée et des milliers d’autres. On peut citer sans avoir peur de se tromper les chefs-d’œuvre de l’Américaine Sheila Hicks qui se considère comme une tisseuse de lien et à laquelle le centre Georges-Pompidou a consacré une exposition en mars et avril derniers.

Entrée Libre : Sur le fil de Sheila Hicks

Une autre Américaine, Cayce Zavaglia, peint des portraits puis brode sur sa toile, ce qui donne une dimension magique au tableau et nous permet d’entrer au cœur de la personnalité brodée. La Hollandaise Hinke Schreuders, elle, choisit des photographies des années 1950, les fait agrandir et repasse sur le personnage central à coups de points de feston. Il y a aussi la plasticienne Française Annette Messager, qui a toujours accordé une part très importante aux fils dans son œuvre, ou l’américaine Judith Scott, décédée il y a treize ans et dont les broderies qui recouvrent des objets du quotidien ont été exposées au musée de l’Art Brut à Lausanne. Pour finir et rajeunir cette pratique ancestrale, n’hésitez pas à jeter un coup d’œil au blog de la singapourienne Teresa Lim (www.teeteeheehee.com) qui se définit comme artiste textile et parcourt le monde en brodant les endroits qu’elle visite au lieu de prendre des photographies comme le touriste lambda.

Aul fil de la broderie - Teresa Lim
Aul fil de la broderie - Teresa Lim
Aul fil de la broderie - Teresa Lim

Source : https://www.teeteeheehee.com

Pour rattraper le fil

Plusieurs livres consacrés à la broderie viennent de sortir. Trois titres ont retenu plus particulièrement notre attention, mais cette liste est loin d’être exhaustive.

Le premier, Broderie pas à pas, qui peut être considéré comme une sorte de bible, vous explique comment réaliser tous les points ou presque recensés dans le monde. Cela va du classique point de croix à celui de Boukhara en passant par les œillets algériens, la broderie norvégienne ou l’art de la tapisserie. Pas à pas, chaque coup d’aiguille vous est expliqué et cela paraît tout à fait réalisable. Pour ceux qui ont déjà un niveau confirmé en la matière, on peut se concentrer sur le chat avec Broderies 100% chat pour ronronner devant la cheminée. Enfin, pour les plus écolos, il existe Broderie Green qui permet de faire pousser toutes sortes de plantes avec la pointe de votre aiguille.

La pratique de la broderie est reposante, créative, et elle peut même devenir artistique. N’attendez plus pour vous lancer!


Articles

Geluck pète les plombs

Lire l'article

La BD entre en cuisine

Lire l'article

Au commencement était la mythologie gre...

Lire l'article

L’art urbain reprend du pinceau

Lire l'article

À la table des Toquées étoilées

Lire l'article

Qui suis - je ?

Lire l'article

Saupoudrer nos vies de magie

Lire l'article

Histoires infinies

Lire l'article

Conquête spatiale : l’histoire d’...

Lire l'article

Dans la bibliothèque de… Alexandr...

Lire l'article

Publicité