Du nouveau à l’ouest

par Laurence Desbordes

Partager cet article

En 2016, le plus vieux cowboy de la bande dessinée fêtait ses 70 ans. Mais Lucky Luke est loin d’être le seul homme du 9e art qui tire plus vite que son ombre. Le western continue sa chevauchée fantastique et avance au galop au cœur de la BD. Yeehaaa!!

Que ce soit au cinéma, filmé par John Ford, Raoul Walsh, Sergio Leone ou plus récemment Quentin Tarantino, à la télévision avec des séries telles que Godless ou Westworld, ou en littérature avec les polars de Tony Hillerman ou Craig Johnson, le western n’a pas perdu un crin de vitalité. Mais aussi étonnant que cela puisse paraître, lorsqu’il s’agit de le mettre en case, on s’aperçoit que le Far-West inspire plus les dessinateurs belges et français que les américains qui lui préfèrent le thème des super-héros.

Le grand frère de tous ces flingueurs de l’Ouest, c’est le mythique Lucky Luke qui naît, en 1946 dans un hors-série du magazine Spirou, sous le crayon du Bruxellois Maurice de Bevere, alias Morris. Avec plus de 300 millions d’albums vendus dans le monde, le « poor lonesome cowboy » a connu plusieurs vies puisqu’à la mort de Morris en 2001, Achdé a repris le pinceau épaulé parfois par Laurent Gerra, Tonino Benacquista ou encore Daniel Pennac. Pour fêter ses septante bougies en 2016, le cavalier aux jambes arquées s’est offert deux autres paternels, Matthieu Bonhomme qui a dessiné L’homme qui tua Lucky Luke et Guillaume Bouzard avec Jolly Jumper ne répond plus. Mais Lucky Luke a plus des allures de doux rêveur à La Don Quichotte que de redresseur de torts.

Les justiciers

En effet, le point commun entre tous les héros de western dans la BD, c’est qu’ils luttent contre les injustices faites aux Indiens, aux femmes, aux fermiers, aux bambins, etc. Ils sont en général du bon côté de la morale, même si parfois ce sont des hors-la-loi. Le plus connu est sans nul doute Mike Steve Donovan, alias Blueberry, qui depuis 1963 défend la justice au coeur du grand Ouest. Créé par le talentueux duo Charlier – Giraud, Blueberry joue du colt dans une trentaine d’albums. À la mort du scénariste Jean-Michel Charlier en 1989, les aventures du lieutenant au grand coeur continuèrent d’abord avec aux manettes Vance, Rouge et Giraud, qui décéda en 2012. Mais Blueberry sévit encore, cette fois-ci avec une étoile de Marshal accrochée à sa longue veste noire. En décembre dernier est d’ailleurs sorti chez Dargaud Marshal Blueberry, l’intégrale.

Autre justicier au grand coeur, Jonas Crow, un croque-mort un peu spécial qui a fait chavirer nos coeurs et défend la veuve et l’orphelin. Undertaker, la BD dont il est le personnage principal est toute récente dans les rayonnages des librairies puisqu’elle a fait son apparition en 2015 avec pour parents Ralph Meyer et Xavier Dorison. Un coffret des tomes 3 et 4 intitulés L’ogre de Sutter Camp et L’ombre d’Hippocrate, sorti bien sûr chez Dargaud.

Autre allié des faibles, le manchot Bouncer, un tireur redoutable qui joue le videur dans un saloon au doux nom d’Infierno et qui dégomme les salauds sans états d’âme puisqu’il est lui-même issu d’une famille qui s’est entretuée. Créé à l’origine par le réalisateur et scénariste franco-chilien Alejandro Jodorowsky et le dessinateur François Boucq, le Bouncer hante les pages des BD depuis 2001 ; pour ses derniers exploits sortis début 2018 dans L’or maudit chez Glénat, François Boucq a assuré seul le dessin et le scénario de ce sauveur dans un monde où les lois étaient encore très floues…

Les vengeurs solitaires

Le Far-West est une terre propice aux massacres injustifiés et à l’application de ce que l’on appelle encore aujourd’hui la loi du talion. Œil pour œil, dent pour dent. Du coup, sous les plumes de certains dessinateurs de BD accros à l’Ouest américain des XVIIIe et XIXe siècles, sont nés des histoires de vendettas avec des héros désirant châtier les assassins qui ont mis en vrac leur vie et celle de leurs proches. Ainsi, 22 ans après le premier album de L’étoile du désert imaginé par Marini et Desberg qui raconte les aventures d’un fonctionnaire qui cherche à savoir qui a tué sa femme et sa fille, un nouveau tandem se constitue avec Labiano au dessin et toujours Desberg, au scénario afin de signer les prequels (il n’y a pas que Starwars qui maîtrise le genre) qui expliqueront les origines de ce double homicide. L’étoile du désert, tomes 3 et 4, a pour héroïne une jeune Indienne rebelle et belle qui donne envie de dévorer les quatre albums d’une traite.

Autre cavalier enclin à la vengeance, Lonesome, qui marque le retour au western du Belge Yves Swolfs, le papa de Durango. Avec Lonesome, La piste du prêcheur, nous plongeons dans l’univers d’un héros sans nom, implacable et solitaire, bien décidé à mettre fin à une équipée sanglante de fanatiques qui font régner la terreur dans le Kansas. Avec ce premier opus, Swolfs trace sa route au centre d’une histoire somme toute classique mais dont on meurt d’envie de lire la suite et dont on ne peut s’empêcher d’admirer les planches.

L’humour chez les cowboys

Grâce à l’esprit espiègle de son scénariste Goscinny, Lucky Luke et ses potes les Daltons n’ont pas manqué de nous faire sourire, voire même rire. Mais il n’est pas le seul à dégainer des vannes chez les garçons vachers. Ainsi, l’orphelin Lincoln, né à la fin du XIXe siècle et élevé par des prostituées dans un bordel. Ce jeune gaillard imaginé par Olivier et Jérôme Jouvray en 2002, en est aujourd’hui à sa 9e aventure avec Ni Dieu, ni maître et renaît une fois de plus d’entre les morts pour être une sorte de messie au mauvais tempérament. C’est amusant, cynique, grinçant et une fois de plus un pari réussi par la famille Jouvray.

Autre nouveauté censée faire sourire, Mondo Reverso, de Le Gouëfflec et Bertail, un album qui casse les codes machistes du western et donne aux femmes le rôle des hommes et vice versa. Édité par Fluide Glacial, et déjà publié en épisode dans le magazine, cette histoire transgenre est truculente tant sur le plan des jeux de mots qu’au niveau du dessin poussant l’absurde dans ses retranchements. À éviter pour les adeptes d’un « papa et une maman » pour tous!


Articles

Agnès Martin-Lugand, la romancière qu...

Lire l'article

Earl Thompson et Bruno Pellegrino, hér...

Lire l'article

Livres voyageurs

Lire l'article

Quand le journaliste mène l’enquête

Lire l'article

Faire des sciences à la plage

Lire l'article

Bulles enneigées

Lire l'article

Écoutez un livre

Lire l'article

Du livre à la coupe

Lire l'article

Portrait d’un peintre

Lire l'article

Femme et sexualité : la fin des myth...

Lire l'article

Publicité